La vie est belle, la vie est belle en conscience par La Grâce. La Grâce transforme l’existence à un champ de fleurs aux mille couleurs et parfums, que je ne saurais dire l’impact sur ma conscience, tant elle éblouit l’instant par Sa Grâce. Ce qu’elle me donne à vivre est un moment plein de Sa Grâce, tant les journées sont belles. Cet homme qui entre dans mon existence est un enfant de Sa Grâce, tant il me convient parfaitement bien. 

 

J’ai rencontré la personne que j’ai toujours voulu rencontrer et voilà, il est là, en personne. Il y a une telle alchimie entre nous, c’est hallucinant à vrai dire. Comme un fil invisible qu’il était, pour qu’on se rende compte que ce fil devient visible de plus en plus, qu'il était comme soudé à notre être, tant on s’apprécie énormément, tant on s’aime énormément, tant nous sommes attentionnés à ce que l’autre fait, dit. Lui et moi, c’est une histoire qui a commencé bien avant que l’on se soit rencontré, tant on se connaissait déjà avant de se rencontrer. Comme si tout ce chemin que l’on a parcouru avant de se connaître, parler déjà de nous. Sa Grâce je la vois partout, partout. Avec bienveillance, elle fait les choses.  

 

Pour faire court, nous sommes tombés amoureux l’un de l’autre, très facilement, très simplement. Par une relation qui s’est établie petit à petit, en accompagnement rapproché par SMS, par photos. On s’est trouvé comme deux êtres qui ont une ressemblance assez particulière l’un et l’autre, comme si on était la copie de l'autre. 

 

C’est comme quand on reçoit un bilan de compétence, pour le lire en se disant: « ils ont dû se tromper de destinataire, ce ne peut être mes compétences ». Comme si on se sou-estimer en fin de compte, comme d'un manque de confiance certain". Pour s’y retrouver quand même dans ce profil. Pour que mes parents me disent, qu’ils m’ont complètement retrouvé aussi dans ce profil, à chaque page. Pour se dire en fin de compte qu’on parle tous de la même personne. 

 

Au début, je ne comprenais pas pourquoi, il me choisissait. Alors qu’il a, que 38 ans, j’en ai 48, dix ans de plus pour avoir à mon chevet un bel et bel homme. Autant j’étais super contente, autant je me disais qu’il fallait prendre l’instant pour ce qu’il donne, sans chercher à voir au-delà. Seulement je me suis un petit peu confronté à cet instant, préférant la liberté d’être seule qu’être à deux. J’ai eu donc du mal à lâcher ce côté « bulle de L'Un ». Ce que je veux dire, c’est que lorsqu’on s’est reconstruite seule, comme quand on tarde à se marier par exemple, pour avoir vécu seul pendant tout ce temps, on a nos habitudes, notre train-train. Refaire une relation à deux, demande une posture intérieure à chaque instant, comme si l’étape passait à un cran supérieur. Cependant j’aime les challenges et surtout à me dépasser. 

 

Quand on est en conscience de L'Un à chaque instant, ou par son attention, son regard bienveillant, je me rends compte qu’il a su en tout cas, faire tomber ces barrières qui s’accrochaient de peur de souffrir une nouvelle fois. Pourtant, souffrir n’a plus lieu d’être à présent quand la discipline nous pose directement sur sa conscience, pour agir consciemment. Par Sa Grâce, il a su me faire réagir avec bienveillance à cette relation qui naissait de jour en jour. Comme si on loupait des étapes, tellement on se connaissait, tellement on apprenait à se connaître. Paradoxe. 

 

J’ai eu des moments de remise en question tant cette relation prenait de l’ampleur à des projets qui me faisaient peur. Seulement, ce qui est fort agréable, c’est que la nuit est un moment de rangement pour les choses, que l’on n’a pas su mettre dans le dossier adéquat pendant sa journée. C’est toujours avec bienveillance que Sa Grâce m’aide à chaque fois que je pose ma conscience à sa place, comme il se doit, de me trouver la sortie avec bienveillance. Comme si dans la nouvelle journée, les projets se calaient mieux, étaient plus souples, plus accessibles, plus entendus des deux côtés. Comme si par Sa Guidance, elle dirigeait mes actes et paroles pour établir un sain projet, abordable, simple à mettre en place. 

 

Comme si être amoureuse me donner des ailes, pour voler. Voler vers une chance inouïe par Sa Grâce, d’être accompagné d’un homme bienveillant, qui a tout ce que je n’ai pas. 

Retour à l'accueil