Quand on est dans la conscience de L’Un, on fait les choses impeccablement bien dans l’instant comme ce qui est prévu que l’on fasse dans l’instant. Cette phrase est une vérité.

 

Pour l’expérimenter, cette vérité à du sens. Ce qui a du sens c’est de faire les choses en conscience pour les expérimenter, se rendre compte qu’elles sont effectivement consistantes, palpables, vécues, vraies. 

 

La Grâce m’a amené à vivre une journée entourée de personnes de religion protestante. Dont un enseignement biblique et prophétique est issu. J’ai été catastrophé, déconcerté par ces personnes qui peuvent croire à des choses de l’ancien temps, comme des croyances totalement illusoires, pourtant tellement ancrées. Ces personnes sont pour autant comme tout le monde, sympathique, aimable, avec un coeur, pourtant tellement inconscientes de ce qu’elles peuvent penser. Avec une croyance tellement forte, qu’elles profanent un Jésus-Christ qui aurait ressuscité au nom de Dieu, fils de Dieu lui-même, dont son sang est honoré, cloué sur la croix pour nous, pêcheur. Ça dépasse l’entendement, un film de science-fiction. 

 

Dans l’instant, de ce que l’on peut vivre avec le Seigneur, en conscience de lui, par les techniques appropriées, qui nous permettent ce maintient à chaque instant en le ressentant, dans ce même instant, nous donne à chaque instant la vérité de sa présence, par Sa Grâce.

 

La croyance n’est faite que de pensées non réelles, chimériques, fausses qui nous entrainent vers un monde enchanté, fabriqué par nos pensées, non réel. Seulement un monde perdu de sens, qui nous entraine vers un monde où l’on se veut aveugle, où la croyance est reine. 

 

Ce qui est déroutant, c’est cette non-acceptation qu’ils peuvent effectivement se tromper. Ils sont tellement sûrs d’eux, avec une telle conviction, que rien ne peut les ébranler, les faire dévier, douter. Ils n’ont qu’un mot à la bouche: « lis la bible ». Comme si l’écriture qui avait été faite, n’était pas recevable de dire quoique que ce soit dessus. Comme si, c’était la parole de « Jésus Christ » lui-même en personne, qui aurait dit tout ce qui est écrit dans la bible.

 

Ils sont persuadés que les traducteurs ont su traduire impeccablement les dires, voire les paraboles, comme si c’était inné. Ils chantent, proclament au nom de Dieu, le fils « Jésus-Christ » comme le porteur honorifique du message du père, le tout puissant. Si « Christ » a été sur la croix, c’était forcément pour nos pêchés, et non pas pour les siens ! Qui voudrait porter un aussi gros fardeau des autres ? C’est inconcevable ! 

 

Si on n’est pas comme eux, c’est que forcément on se trompe. Elle est belle la religion ! Il n’y a pas d’autre issue possible. Sinon, pourquoi « Jésus » aurait péri sur la croix ? Il avait un message à faire passer sur la rédemption des pêchers. Ah oui, rien que ça ! 

 

Pourquoi ne voit-il pas avec simplicité, les tenants et les aboutissants de cet acte barbare ? Le veulent-ils vraiment voir la vérité ou préfèrent-ils continuer à croire ? Pourquoi faudrait-il les sauver ? Ne peuvent-ils pas se sauver eux-mêmes ? Non, pour eux, non. C’est en croyant à « Jésus Christ » qu’ils peuvent en être sauvés. C’est leur foi. Leur foi étant basée sur leur croyance. 

 

Ces personnes qui m’ont invité se fourvoient dans une histoire rocambolesque, tellement grosse, qu’elles se noient dedans, inconscientes de ce qu’elles avancent ! Pourtant, ce sont de bonnes personnes, intelligentes, emphatiques, agréables. Comme quoi l’intelligence !

 

Seulement avec une conscience mal placée, elles dérivent vers le faux, vers l’ignorance, vers des pensées qui n’ont pas de sens. 

 

Tant de gens viennent les voir, pour qu’ils puissent se faire aider. On connait la faiblesse de l’homme, quand l’homme est soumis à ses désirs, ses peurs. On connait ces erreurs quand sa conscience est perdue dans le flot de ces pensées. Les consciences doivent s’ouvrir, doivent évoluer. C’est une nécessité à présent. Surtout quand on à affaire à des groupes public qui émanent une fausse identité de l’être, pour souffler une ignorance qu’elle perdure. 

 

Pourquoi ne pourrions pas être tous les fils de Dieu ? Jésus n’était qu’un homme comme vous et moi ? Comment un homme peut ressusciter ? Ça ne s’est jamais vu !

 

Cela heurte la conscience, non ? Non, cela ne heurte pas leur conscience. Comme ils sont pour la plupart dans la prière, ils pensent que la prière les protège. La foi pour eux, c’est la croyance. En fait, il n’y a rien à dire, juste à être dans la conscience de L'Un, dans l’instant, à faire ce qu’il a été prévu que l’on fasse. Faire du Service, pour s’en remettre au Seigneur. 

 

Malgré ça, il est nécessaire de se fondre dans le décor et garder pour soi sa vérité. Certains pouvant nous aider même s'ils sont dans l'erreur. 

Retour à l'accueil