Par la pratique vient que nos sens tournés vers l’intérieur s’affinent pour avoir un touché par exemple autre, comme si on ressentait les choses à fleur de peau. Le mental à peur de l’inconnu comme d’un endroit mal connu. Par exemple le touché, où à chaque fois que mon corps s’approche de quelque chose de trop près, je sursaute. 

 

Pour l’odorat c’est pareil, l’odeur est plus prégnante quelquefois plus lointaine, pourtant plus perceptible. Et ainsi de suite. Tout prend un sens plus prononcé, comme d’une sauce qui sera affinée par toutes les petites choses qui rendra le tout onctueux, harmonieux. On n’a pas idée, comment L'Un ont l’approche !

 

Si notre conscience s’affine, notre corps s’affine avec, pour que notre mental trouve sa place dans un nouveau corps, dans une nouvelle conscience, dans un nouveau mental. 

 

Étant donné qu’on évolue constamment, c’est à chaque fois par les 4 piliers, une remise à niveau. C’est comme quand on médite, chaque étape à son sens comme le mental qui se pose en ne prêtant pas attention aux pensées. Puis vient le corps s’alignait trouvant la bonne fréquence à adopter à notre insu, par la seule force de L'Un, nous maintenant focaliser sur la technique, pour ne plus bouger. 

 

Etant dans cet endroit particulier, c’est comme si la ténacité qui me caractérise me permettrait avec de l’entrainement, me dégager de cette peur, que j’entretiens sinon.

 

Par des expériences où on est amené pour prendre conscience des tenants et des aboutissants, on se rend compte de la posture à adopter pour encore une fois, se simplifier. On passe par des expériences compliquées comme d’aller dans la voiture pour méditer.

 

La saison n’est pas favorable à ce genre d’activité. On revient au point de départ pour essayer d’autres activités. Méditer sous les draps, n’est pas chose aisée. On n’a vite chaud, pour ne pas bien respirer. Peu de place pourtant, dans cet endroit ou table et lit prennent toute la place. 

 

Pas facile mais il est nécessaire de s'en remettre à La Grâce, c'est la seule solution. On respire, consciente ou pas, alors autant en être consciente.

 

Alors oui, prendre son courage à deux mains, pour s’asseoir sur le lit, le dos au mur, les jambes tendues en restant attentif à juste cette respiration, sans faire cas des bruits autour, gardant la foi de lui sur nous. 

 

Retour à l'accueil