C’est dans l’urgence qu’on est aussi très performant. Alors, c’est comme un sixième sens qui vient à nous, c’est La Grâce qui vient pour nous rétablir au plus vite. Pour mettre en place des outils qui font nous aider à passer outre, à prendre conscience des atouts de cette divergence. Pour mettre en pratique, pour comprendre, pour analyser, pour se rendre compte que c’est une chance de l’avoir enfin su ! C’est une chance de pouvoir prendre le bon fonctionnement qui va avec le bon être. Enfin ! C’est une chance d’avoir l’enseignement de La Voie pour réguler tout ça, le digérer surtout !

 

Aujourd’hui, je n’en reviens pas de ce diagnostic, à vrai dire. J’en ai les larmes aux yeux encore, le coeur gros. Comme si ce n’était pas possible d’être ainsi, alors que j’ai tant cru de n’être pas intelligente, de faire tout à l’envers quelquefois, d’être gauche, d’être à l’envers de cette douance. Comment est-ce possible d’être confronté à ça aujourd’hui ?

 

Je comprends pourquoi il était mieux que je m’en rende compte par moi-même. Quand il y a prise de conscience, il y a changement. Seulement, c’est comme si j’avais été dupé par les miens, comme s’il m’avait caché la vérité, pendant tant de temps. Et ça pour l’instant, ça me fait mal. Découvrir par soi même cette vérité, c’est ne pas savoir quoi faire avec, pour l’instant, c’est comme la nier. 

 

C’est une chance d’être empathique, une grande chance qui nous pousse à aller vers l’autre, quoiqu’il s’est passé. Comme si on avait besoin de cette relation coûte que coûte pour évoluer. Comme si c’était un défi ! Et des défis on en a besoin, c’est comme ça qu’on fonctionne aussi. C’est comme travailler avec les personnes âgées. Les problèmes qu’elles peuvent rencontrer nous renvoient quelquefois à nos propres problèmes. Les aider c’est nous aider par la même occasion. Quand je ressentais leur mal-être, leur désarroi, leur mauvais fonctionnement, c’était à chaque fois un défi que de trouver la panne de leur être. Par Sa Grâce, elle reprenait le sourire, reprenant le goût de vivre. Jamais je ne laissais une personne âgée tomber à son propre malheur. Quelquefois, il faut très peu de choses, comme une prise de conscience…

Retour à l'accueil